[PARUTION] États, universités et diplomatie : Penser l’histoire des relations universitaires en Europe au XXe siècle

Vient de paraître : Guillaume Tronchet, “États, universités et diplomatie : Penser l’histoire des relations universitaires en Europe au XXe siècle”, dans Les relations universitaires franco-belges dans leur histoire (XIXe siècle-XXIe siècle), sous la direction de Catherine Lanneau et Jean-François Condette, Revue du Nord, Hors série n°47, 2024, p. 19-38.

Accéder à la revue

[PARUTION] Migrations d’élites, une histoire-monde (XVIe-XXIe siècle)

Vient de paraître : Marianne Amar et Nancy L. Green (dir.), Migrations d’élites, une histoire-monde (XVIe-XXIe siècle), Presses Universitaires François-Rabelais, 2022, 304 p.

Avec plusieurs contributions sur les mobilités académiques contemporaines :

Dzovinar Kévonian, « Une élite apatride. Les juristes de l’entre-deux-guerres entre mobilité fonctionnelle, sociabilités et migration forcée »,, chapitre 7.

Guillaume Tronchet, « “La qualité plutôt que la quantité”. Le tournant élitiste de l’accueil des étudiants étrangers en France dans les années 1930 », chapitre 8.

Françoise Blum, « Une élite en fabrication. Étudiants africains en France dans les années 1950-1960plutôt que la quantité », chapitre 9.

Liora Israël, « Inventer les conditions d’un accueil scientifique en France. Un témoignage sur la création de PAUSE (Programme d’accueil en urgence des scientifiques en exil) », chapitre 12.

Accéder à l’ouvrage

[PARUTION] Les mobilités étudiantes du Sud vers les écoles de cinéma de l’Est socialiste

Vient de paraître : Gabrielle Chomentowski, « Caméra au poing et valise à la main : les mobilités étudiantes du Sud vers les écoles de cinéma de l’Est socialiste », Cahiers du monde russe, vol. 63, n°3-4, 2022, p. 619-646.

Résumé :

Le début des années 1960 vit l’arrivée de nombreux étudiants originaires d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine dans les écoles de cinéma des pays d’Europe communiste et d’Union soviétique. Ces mobilités étudiantes s’inscrivaient dans le cadre plus large de l’aide au développement offerte par les gouvernements communistes aux pays devenus indépendants depuis la fin de la seconde guerre mondiale. En s’intéressant plus particulièrement aux étudiants en cinéma, cet article propose tout d’abord de revisiter la chronologie de l’assistance éducative aux métiers du cinéma en Union soviétique durant la guerre froide. Puis, rappelant le contexte politique et culturel propre à l’accueil des étudiants étrangers à partir de la fin des années 1950, il offre un portrait de ces étudiants africains, asiatiques et latino-américains formés en Tchécoslovaquie (FAMU), en Pologne (Łódź) et en URSS (VGIK) ainsi qu’un panorama de leurs sociabilités cosmopolites. Après s’être concentrée sur l’organisation des études au VGIK et les films d’étudiants, la dernière partie de l’article, à travers des documents d’archive et des témoignages, traite du retour au pays des étudiants, permettant ainsi de repenser les circulations cinématographiques.

Accéder à l’article

[PARUTION] Le Campus-monde. La Cité internationale universitaire de Paris, de 1945 aux années 2000

Vient de paraître : Dzovinar Kévonian et Guillaume Tronchet (dir.), Le Campus-monde. La Cité internationale universitaire de Paris, de 1945 aux années 2000, Presses universitaires de Rennes, 2022, 336 p. (préface de Christophe Charle)

Quatrième de couverture :

Fondée dans les années 1920 à la confluence de l’impérialisme culturel français et de l’internationalisme pacifiste, la Cité internationale universitaire de Paris connaît une nouvelle phase de son développement dans la seconde moitié du XXe siècle, marquée par la décolonisation, la guerre froide et la politisation de la génération du baby-boom. De la reconstruction d’après-guerre aux mobilisations des années 1968, des relations complexes de la France avec ses anciennes colonies à celles qu’elle entretient avec les dictatures militaires d’Europe septentrionale et d’Amérique du Sud, cet ouvrage collectif retrace le demi-siècle d’un « campus monde » unique en son genre et offre une synthèse inédite d’histoire sociale et transnationale sur une institution représentant pour les sciences sociales un fascinant observatoire de la mondialisation.

SOMMAIRE DE L’OUVRAGE

  • Préface de Christophe CharleLes échos du monde
  • Dzovinar Kévonian et Guillaume Tronchet, Introduction. Pour une histoire multi-située de la Cité internationale universitaire de Paris
  • Loïc VadelorgeEmprises sur la ville. Les relations entre la Cité universitaire, Paris et Gentilly (1945-1985)
  • Pascal BousseyrouxUn intellectuel catholique à la tête de la Cité universitaire. Robert Garric (1958-1967)
  • Guillaume Tronchet« La Cité en ébullition ». Jeunesse étudiante et action collective à la Cité internationale universitaire de Paris, de 1945 aux années 1968 : contestations, mobilisations et circulations
  • Guillaume Denglos et Pierre VermerenLe Maghreb à la Cité internationale universitaire de Paris. Une histoire politique et sociale (1925-2011)
  • Françoise BlumDe la Maison de la France d’Outre-mer à la Résidence Lucien Paye ou comment un empire se défait. De l’Union française à la coopération
  • Sara LegrandjacquesL’Asie à la Cité internationale universitaire de Paris depuis 1950. Entre identités plurielles et cosmopolitisme culturel
  • Angélica MullerLa Maison du Brésil pendant les « années 1968 ». Entre internationalisme des réseaux universitaires et nationalisme des militaires
  • Nino LimaLa Maison de l’Argentine, entre péronisme, dictature militaire et démocratie (1945-1988)
  • Matthieu GillabertUne francophonie implicite ? Pour une sociohistoire de la langue à la Cité internationale universitaire de Paris
  • Roberto GiaconeLe directeur Ruggiero Romano, la Maison de l’Italie et la Cité universitaire de Paris. Micro-histoire d’une nomination (1953-1957)
  • Lidia LesnykhLa réorganisation du sport dans la Cité universitaire d’après-guerre. Entre autonomie associative et enjeux institutionnels
  • Nathalie LempereurLe Théâtre de la Cité internationale universitaire. Du théâtre étudiant à la scène dédiée à la création contemporaine
  • Didier Fischer et Robi MorderLa santé des étudiants à la Cité internationale universitaire de Paris. Entre ardente nécessité et obsolescence de circonstance
  • Dzovinar Kévonian et Guillaume Tronchet, Conclusion. Les « mondes mêlés » de la Cité

Accéder à l’ouvrage en open access

[PARUTION] L’accueil des étudiants étrangers en France : des dissensus historiques

Vient de paraître : Antonin Durand et Guillaume Tronchet, “L’accueil des étudiants étrangers : des dissensus historiques”, Plein Droit, n°130, 2021, p. 11-14.

Résumé :

De l’Europe médiévale à nos jours, c’est dans une tension permanente entre nationalisme et internationalisme que la structuration des universités européennes a influé sur la place octroyée en leur sein aux étrangers. Face à la compétition accrue entre les établissements, la massification de la migration internationale étudiante a fait émerger de nouvelles rationalités politiques dont celle d’un traitement différencié selon les nationalités. Retour sur la dimension structurelle des logiques sélectives et utilitaristes qui sous-tendent les politiques universitaires à l’égard des étrangers.

Accéder à l’article

[PARUTION] À l’épreuve des mobilités forcées : stratégies, acteurs et pratiques de l’éducation et de la formation dans l’accueil des réfugiés / Facing forced mobility: Strategies, actors, and practices in education and training for hosting refugees

Vient de paraître : “A l’épreuve des mobilités forcées : stratégies, acteurs et pratiques de l’éducation et de la formation dans l’accueil des réfugiés”, numéro thématique du Journal of International Mobility, n°9, 2021.

Sommaire du dossier :

Guillaume Tronchet, « Introduction », p. 3-9.

Valentin Rebour, « De la déclamation de poèmes à l’occupation d’ambassade : l’expérience migratoire des étudiants iraniens en exil en France (1950-1979) », p. 11-27.

Thi Hoa Marie Lê, « L’accueil, l’éducation et la formation de réfugiés catholiques du Nord au Sud Việt Nam à partir de 1954, et en France à partir de 1975 », p. 29-60.

Alison Bouffet, Louise Delaporte, André Rebelo, Fred Salin, RESOME, « Les étudiants exilés à l’université française : l’institutionnalisation paradoxale des programmes de reprise d’études de 2015 à 2020 », p. 61-83.

Sandrine Courchinoux, Isabelle Salengros-Iguenane, Léna Le Dolédec, « Apporter une réponse pédagogique pluridisciplinaire à un enjeu sociétal : le Programme d’accueil pour les étudiants réfugiés, à l’École des Ponts ParisTech », p. 85-102.

Tatyana S. Friedrich, Bruna Ruano, Sílvia Melo-Pfeifer, « A whole university approach to humanitarian migrant and refugee students’ integration: Reflections on the practical implementation of education policies and programmes at Universidade Federal do Paraná (UFPR), in Brazil », p. 103-120.

Francesca Morra, Marius Manda, Andrea Pendezzini, « ‘I was a refugee, at first’. Aspettative, desideri, fallimenti e ricostruzioni nell’esperienza degli studenti rifugiati a Torino », p. 121-136.

Alfred Babo, « 38 Paradise Road, Being an African Francophone Refugee Scholar in American Academia », p. 137-158.

Accéder au numéro de la revue

[SOUTENANCE] Voies étudiantes : pour une histoire globale des mobilités étudiantes en Asie (Inde britannique – Indochine française, années 1850-1940)

Le 4 décembre 2021, Sara Legrandjacques a soutenu à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne sa thèse de doctorat en histoire intitulé : Voies étudiantes : pour une histoire globale des mobilités étudiantes en Asie (Inde britannique – Indochine française, années 1850-1940). Le jury était composé de Rebecca Rogers (présidente), Vanessa Caru, Natasha Pairaudeau, Ludovic Tournès, Pierre Singaravélou (directeur de thèse).

Résumé :

Cette thèse propose une réflexion sur l’essor global des mobilités étudiantes en Asie entre le milieu du XIXe siècle et la fin de la Seconde Guerre mondiale. Pour cela, elle explore plus particulièrement le cas de deux colonies rattachées à deux empires distincts, l’Inde britannique et de l’Indochine française. Alors que les premières universités indiennes sont fondées en 1857, il faut attendre le début du XXe siècle pour qu’émergent des écoles supérieures dans la péninsule indochinoise. Dès lors, l’accès à l’enseignement supérieur et technique sous-tend des circulations qui se déploient à la fois dans les colonies et au-delà de leurs frontières. Cet enchevêtrement des échelles se trouve au cœur de cette étude, convoquant pour le saisir les outils de la comparaison et de la connexion. Une approche globale des mobilités estudiantines doit permettre de démontrer que ces mobilités sont une caractéristique essentielle de l’enseignement supérieur et technique, participant à la structuration de ce dernier et des sociétés dans lesquelles les circulations s’insèrent. Ainsi, la présente thèse examine les mobilités étudiantes dans leur globalité, du départ et sa préparation jusqu’au retour, en passant par le voyage, moment mobile par excellence, et le séjour d’étude. Organisée chronologiquement, la première partie propose une réflexion sur les ruptures et les continuités qui caractérisent le développement des migrations éducatives à l’âge des empires. L’élan de la deuxième moitié du XIXe siècle laisse place à un véritable tournant global au cours des premières décennies du XXe siècle, dont l’ampleur et les caractéristiques doivent être repensés. Entre le premier et le second conflit mondial, les flux connaissent leur apogée à toutes les échelles, sans que les tensions géopolitiques et militaires ne viennent réellement les tarir. Alors que le voyage, en tant que déplacement, consacre l’entrée dans la mobilité, la deuxième partie se consacre à l’expérience étudiante pendant le séjour à vocation éducative. Elle révèle d’abord les enjeux liés à l’accueil des candidats aux diplômes, décisif quant au bon déroulement des études. L’admission dans des établissements d’enseignement n’est pourtant pas évidente et souligne la grande diversité de trajectoires. Se faisant, les individus quittant ou rejoignant les colonies d’Asie du Sud et du Sud-Est s’insèrent dans des communautés étudiantes aux contours mouvants mais aussi dans un cadre politique et social plus large. Finalement, l’achèvement de la mobilité est l’occasion de mesurer l’impact de celle-ci sur les parcours individuels et collectifs en situation coloniale et impériale.

Accéder à la thèse

[PARUTION] L’accueil des étudiants réfugiés au XXe siècle : un chantier d’histoire globale / Towards a global history of refugee students in the twentieth century

Vient de paraître : Guillaume Tronchet, “L’accueil des étudiants réfugiés au XXe siècle : un chantier d’histoire globale”, Monde(s). Histoire, espaces, relations, n°15, 2019, p. 96-116.

Résumé/Abstract :

En dehors de quelques études de cas, l’histoire mondiale des étudiants réfugiés reste à écrire. Bien moins étudiée que l’histoire des professeurs et des chercheurs en exil, cette question soulève de nombreux problèmes d’histoire politique, sociale et culturelle. Cet article est une première étape d’un projet de recherche en cours sur le sujet. Il propose quelques points de repère sur l’histoire mondiale des étudiants réfugiés et une analyse croisée de certaines tendances de cette longue histoire, afin d’expliquer comment la question des étudiants réfugiés fut d’abord un problème humanitaire et européen, avant de devenir un enjeu global et stratégique de concurrence entre États-nations au XXe siècle.

Apart from a few case studies, the global history of refugee students remains to be written. Much less studied than the history of professors and researchers in exile, the question raises many issues of political, social and cultural history. This article is a first step of an ongoing research project on this topic. It offers some benchmarks on the global history of refugee students and a cross-analysis of some of the trends of this long history, in order to explain how the issue of refugee students was first a humanitarian and European problem before becoming a global and strategic challenge of the world competition between states during the twentieth century.

Accéder à l’article en open access

[PARUTION] Trajectoires militantes et reconversions : à propos de la Fédération des étudiants d’Afrique noire en France (FEANF) et des années 68

Vient de paraître : Françoise Blum, “Trajectoires militantes et reconversions : à propos de la Fédération des étudiants d’Afrique noire en France (FEANF) et des années 68”, Genèses. Sciences sociales et histoire, n°107, 2017, p. 106-130.

Résumé :

L’article analyse les transformations discursives et de pratiques initiées par la Fédération des étudiants d’Afrique noire en France (FEANF) dans la France des années 68 : manifestations empruntant au répertoire général de ces années ; stratégies d’alliance ; pratiques diplomatiques ; pratiques et stratégies culturelles. Il s’interroge sur le devenir des leaders de la FEANF, dont certains, quand ils n’ont pas été assassinés ou contraints à l’exil, ont occupé des postes à responsabilité, ont été ministres ou président de la République. À côté de l’analyse quantitative, l’article propose quelques histoires de vie, et donne à voir des trajectoires ayant parfois mené du village de brousse aux sommets du pouvoir.

Accéder à l’article

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search