[PARUTION] États, universités et diplomatie : Penser l’histoire des relations universitaires en Europe au XXe siècle

Vient de paraître : Guillaume Tronchet, “États, universités et diplomatie : Penser l’histoire des relations universitaires en Europe au XXe siècle”, dans Les relations universitaires franco-belges dans leur histoire (XIXe siècle-XXIe siècle), sous la direction de Catherine Lanneau et Jean-François Condette, Revue du Nord, Hors série n°47, 2024, p. 19-38.

Accéder à la revue

[PARUTION] Migrations d’élites, une histoire-monde (XVIe-XXIe siècle)

Vient de paraître : Marianne Amar et Nancy L. Green (dir.), Migrations d’élites, une histoire-monde (XVIe-XXIe siècle), Presses Universitaires François-Rabelais, 2022, 304 p.

Avec plusieurs contributions sur les mobilités académiques contemporaines :

Dzovinar Kévonian, « Une élite apatride. Les juristes de l’entre-deux-guerres entre mobilité fonctionnelle, sociabilités et migration forcée »,, chapitre 7.

Guillaume Tronchet, « “La qualité plutôt que la quantité”. Le tournant élitiste de l’accueil des étudiants étrangers en France dans les années 1930 », chapitre 8.

Françoise Blum, « Une élite en fabrication. Étudiants africains en France dans les années 1950-1960plutôt que la quantité », chapitre 9.

Liora Israël, « Inventer les conditions d’un accueil scientifique en France. Un témoignage sur la création de PAUSE (Programme d’accueil en urgence des scientifiques en exil) », chapitre 12.

Accéder à l’ouvrage

[PARUTION] Les mobilités étudiantes du Sud vers les écoles de cinéma de l’Est socialiste

Vient de paraître : Gabrielle Chomentowski, « Caméra au poing et valise à la main : les mobilités étudiantes du Sud vers les écoles de cinéma de l’Est socialiste », Cahiers du monde russe, vol. 63, n°3-4, 2022, p. 619-646.

Résumé :

Le début des années 1960 vit l’arrivée de nombreux étudiants originaires d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine dans les écoles de cinéma des pays d’Europe communiste et d’Union soviétique. Ces mobilités étudiantes s’inscrivaient dans le cadre plus large de l’aide au développement offerte par les gouvernements communistes aux pays devenus indépendants depuis la fin de la seconde guerre mondiale. En s’intéressant plus particulièrement aux étudiants en cinéma, cet article propose tout d’abord de revisiter la chronologie de l’assistance éducative aux métiers du cinéma en Union soviétique durant la guerre froide. Puis, rappelant le contexte politique et culturel propre à l’accueil des étudiants étrangers à partir de la fin des années 1950, il offre un portrait de ces étudiants africains, asiatiques et latino-américains formés en Tchécoslovaquie (FAMU), en Pologne (Łódź) et en URSS (VGIK) ainsi qu’un panorama de leurs sociabilités cosmopolites. Après s’être concentrée sur l’organisation des études au VGIK et les films d’étudiants, la dernière partie de l’article, à travers des documents d’archive et des témoignages, traite du retour au pays des étudiants, permettant ainsi de repenser les circulations cinématographiques.

Accéder à l’article

[PARUTION] Le Campus-monde. La Cité internationale universitaire de Paris, de 1945 aux années 2000

Vient de paraître : Dzovinar Kévonian et Guillaume Tronchet (dir.), Le Campus-monde. La Cité internationale universitaire de Paris, de 1945 aux années 2000, Presses universitaires de Rennes, 2022, 336 p. (préface de Christophe Charle)

Quatrième de couverture :

Fondée dans les années 1920 à la confluence de l’impérialisme culturel français et de l’internationalisme pacifiste, la Cité internationale universitaire de Paris connaît une nouvelle phase de son développement dans la seconde moitié du XXe siècle, marquée par la décolonisation, la guerre froide et la politisation de la génération du baby-boom. De la reconstruction d’après-guerre aux mobilisations des années 1968, des relations complexes de la France avec ses anciennes colonies à celles qu’elle entretient avec les dictatures militaires d’Europe septentrionale et d’Amérique du Sud, cet ouvrage collectif retrace le demi-siècle d’un « campus monde » unique en son genre et offre une synthèse inédite d’histoire sociale et transnationale sur une institution représentant pour les sciences sociales un fascinant observatoire de la mondialisation.

SOMMAIRE DE L’OUVRAGE

  • Préface de Christophe CharleLes échos du monde
  • Dzovinar Kévonian et Guillaume Tronchet, Introduction. Pour une histoire multi-située de la Cité internationale universitaire de Paris
  • Loïc VadelorgeEmprises sur la ville. Les relations entre la Cité universitaire, Paris et Gentilly (1945-1985)
  • Pascal BousseyrouxUn intellectuel catholique à la tête de la Cité universitaire. Robert Garric (1958-1967)
  • Guillaume Tronchet« La Cité en ébullition ». Jeunesse étudiante et action collective à la Cité internationale universitaire de Paris, de 1945 aux années 1968 : contestations, mobilisations et circulations
  • Guillaume Denglos et Pierre VermerenLe Maghreb à la Cité internationale universitaire de Paris. Une histoire politique et sociale (1925-2011)
  • Françoise BlumDe la Maison de la France d’Outre-mer à la Résidence Lucien Paye ou comment un empire se défait. De l’Union française à la coopération
  • Sara LegrandjacquesL’Asie à la Cité internationale universitaire de Paris depuis 1950. Entre identités plurielles et cosmopolitisme culturel
  • Angélica MullerLa Maison du Brésil pendant les « années 1968 ». Entre internationalisme des réseaux universitaires et nationalisme des militaires
  • Nino LimaLa Maison de l’Argentine, entre péronisme, dictature militaire et démocratie (1945-1988)
  • Matthieu GillabertUne francophonie implicite ? Pour une sociohistoire de la langue à la Cité internationale universitaire de Paris
  • Roberto GiaconeLe directeur Ruggiero Romano, la Maison de l’Italie et la Cité universitaire de Paris. Micro-histoire d’une nomination (1953-1957)
  • Lidia LesnykhLa réorganisation du sport dans la Cité universitaire d’après-guerre. Entre autonomie associative et enjeux institutionnels
  • Nathalie LempereurLe Théâtre de la Cité internationale universitaire. Du théâtre étudiant à la scène dédiée à la création contemporaine
  • Didier Fischer et Robi MorderLa santé des étudiants à la Cité internationale universitaire de Paris. Entre ardente nécessité et obsolescence de circonstance
  • Dzovinar Kévonian et Guillaume Tronchet, Conclusion. Les « mondes mêlés » de la Cité

Accéder à l’ouvrage en open access

[PARUTION] L’accueil des étudiants étrangers en France : des dissensus historiques

Vient de paraître : Antonin Durand et Guillaume Tronchet, “L’accueil des étudiants étrangers : des dissensus historiques”, Plein Droit, n°130, 2021, p. 11-14.

Résumé :

De l’Europe médiévale à nos jours, c’est dans une tension permanente entre nationalisme et internationalisme que la structuration des universités européennes a influé sur la place octroyée en leur sein aux étrangers. Face à la compétition accrue entre les établissements, la massification de la migration internationale étudiante a fait émerger de nouvelles rationalités politiques dont celle d’un traitement différencié selon les nationalités. Retour sur la dimension structurelle des logiques sélectives et utilitaristes qui sous-tendent les politiques universitaires à l’égard des étrangers.

Accéder à l’article

[PARUTION] À l’épreuve des mobilités forcées : stratégies, acteurs et pratiques de l’éducation et de la formation dans l’accueil des réfugiés / Facing forced mobility: Strategies, actors, and practices in education and training for hosting refugees

Vient de paraître : “A l’épreuve des mobilités forcées : stratégies, acteurs et pratiques de l’éducation et de la formation dans l’accueil des réfugiés”, numéro thématique du Journal of International Mobility, n°9, 2021.

Sommaire du dossier :

Guillaume Tronchet, « Introduction », p. 3-9.

Valentin Rebour, « De la déclamation de poèmes à l’occupation d’ambassade : l’expérience migratoire des étudiants iraniens en exil en France (1950-1979) », p. 11-27.

Thi Hoa Marie Lê, « L’accueil, l’éducation et la formation de réfugiés catholiques du Nord au Sud Việt Nam à partir de 1954, et en France à partir de 1975 », p. 29-60.

Alison Bouffet, Louise Delaporte, André Rebelo, Fred Salin, RESOME, « Les étudiants exilés à l’université française : l’institutionnalisation paradoxale des programmes de reprise d’études de 2015 à 2020 », p. 61-83.

Sandrine Courchinoux, Isabelle Salengros-Iguenane, Léna Le Dolédec, « Apporter une réponse pédagogique pluridisciplinaire à un enjeu sociétal : le Programme d’accueil pour les étudiants réfugiés, à l’École des Ponts ParisTech », p. 85-102.

Tatyana S. Friedrich, Bruna Ruano, Sílvia Melo-Pfeifer, « A whole university approach to humanitarian migrant and refugee students’ integration: Reflections on the practical implementation of education policies and programmes at Universidade Federal do Paraná (UFPR), in Brazil », p. 103-120.

Francesca Morra, Marius Manda, Andrea Pendezzini, « ‘I was a refugee, at first’. Aspettative, desideri, fallimenti e ricostruzioni nell’esperienza degli studenti rifugiati a Torino », p. 121-136.

Alfred Babo, « 38 Paradise Road, Being an African Francophone Refugee Scholar in American Academia », p. 137-158.

Accéder au numéro de la revue

[SOUTENANCE] Voies étudiantes : pour une histoire globale des mobilités étudiantes en Asie (Inde britannique – Indochine française, années 1850-1940)

Le 4 décembre 2021, Sara Legrandjacques a soutenu à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne sa thèse de doctorat en histoire intitulé : Voies étudiantes : pour une histoire globale des mobilités étudiantes en Asie (Inde britannique – Indochine française, années 1850-1940). Le jury était composé de Rebecca Rogers (présidente), Vanessa Caru, Natasha Pairaudeau, Ludovic Tournès, Pierre Singaravélou (directeur de thèse).

Résumé :

Cette thèse propose une réflexion sur l’essor global des mobilités étudiantes en Asie entre le milieu du XIXe siècle et la fin de la Seconde Guerre mondiale. Pour cela, elle explore plus particulièrement le cas de deux colonies rattachées à deux empires distincts, l’Inde britannique et de l’Indochine française. Alors que les premières universités indiennes sont fondées en 1857, il faut attendre le début du XXe siècle pour qu’émergent des écoles supérieures dans la péninsule indochinoise. Dès lors, l’accès à l’enseignement supérieur et technique sous-tend des circulations qui se déploient à la fois dans les colonies et au-delà de leurs frontières. Cet enchevêtrement des échelles se trouve au cœur de cette étude, convoquant pour le saisir les outils de la comparaison et de la connexion. Une approche globale des mobilités estudiantines doit permettre de démontrer que ces mobilités sont une caractéristique essentielle de l’enseignement supérieur et technique, participant à la structuration de ce dernier et des sociétés dans lesquelles les circulations s’insèrent. Ainsi, la présente thèse examine les mobilités étudiantes dans leur globalité, du départ et sa préparation jusqu’au retour, en passant par le voyage, moment mobile par excellence, et le séjour d’étude. Organisée chronologiquement, la première partie propose une réflexion sur les ruptures et les continuités qui caractérisent le développement des migrations éducatives à l’âge des empires. L’élan de la deuxième moitié du XIXe siècle laisse place à un véritable tournant global au cours des premières décennies du XXe siècle, dont l’ampleur et les caractéristiques doivent être repensés. Entre le premier et le second conflit mondial, les flux connaissent leur apogée à toutes les échelles, sans que les tensions géopolitiques et militaires ne viennent réellement les tarir. Alors que le voyage, en tant que déplacement, consacre l’entrée dans la mobilité, la deuxième partie se consacre à l’expérience étudiante pendant le séjour à vocation éducative. Elle révèle d’abord les enjeux liés à l’accueil des candidats aux diplômes, décisif quant au bon déroulement des études. L’admission dans des établissements d’enseignement n’est pourtant pas évidente et souligne la grande diversité de trajectoires. Se faisant, les individus quittant ou rejoignant les colonies d’Asie du Sud et du Sud-Est s’insèrent dans des communautés étudiantes aux contours mouvants mais aussi dans un cadre politique et social plus large. Finalement, l’achèvement de la mobilité est l’occasion de mesurer l’impact de celle-ci sur les parcours individuels et collectifs en situation coloniale et impériale.

Accéder à la thèse

[COLLOQUE] Étudiants, intellectuels et artistes étrangers et post-coloniaux en France dans les années 68

Suite à l’appel à contribution lancé en 2020, le colloque “Etudiants, intellectuels et artistes étrangers et post-coloniaux en France dans les années 68” aura lieu les 25 et 26 mai 2021 à la fois en présentiel au Centre de colloques du Campus Condorcet et en visio (tous les détails ici). Organisé par le Centre d’histoire sociale des mondes contemporains (CHS), en partenariat avec le Campus Condorcet, le CollEx Persée, l’ANR GlobalYouth, l’Institut d’histoire moderne et contemporaine (IHMC) et l’IDHES.

PROGRAMME

MARDI 25 MAI 2021

INTRODUCTIONS

9h30-9h35 – Introduction – Françoise Blum (CHS / CNRS)

9h35-9h55 – Les passeurs de la révolte. Etudiants étrangers en France en mai-juin 1968 – Guillaume Tronchet (IHMC / ENS-PSL)

TRIBUNES

Modératrice : Ludivine Bantigny (GRHis / Université de Rouen)
9h55–10h15 – Les étudiants portugais en France en maijuin 1968 – Victor Pereira (ITEM / Université de Pau des Pays de l’Adour)
10h15 –10h35 – Les étudiants grecs à Paris pendant la dictature des colonels – Ionna Kasapi (GERME, Université d’Angers)
10h35–10h55 – Pause

Modérateur : Frank Georgi (IDHE.S / Université Paris-Saclay, Université d’Evry)
10h55-11h15 – «Le mai 68 brésilien»: la Maison du Brésil dans la Cité universitaire de Paris – Angelica Muller (Université Féderale Fluminense, CHS / Paris1)
11h15-11h35 – Les G.Is des barricades de maijuin 68 – Arthur Roth (Université Toulouse Jean-Jaurès)
11h35-12h15 – Discussion
12h15-13h45 – Déjeuner

Modérateur : Boris Gobille (Triangle, ENS de Lyon)
13h45-14h05 – A forgotten history: Confederation of Iranian students and the «making of global 1968» – Amirpasha Tavakkoli (Sciences Po Paris)
14h05-14h25 – Étudiants et intellectuels cambodgiens en France en mai-juin 1968 – Marie Aberdam (Case / Inalco, Ehess, Cnrs, Sirice)
14h25-14h55 – Discussion
14h55-15h25 – Pause

RENCONTRES

Modérateur : Alexis Roy (IMAF / CNRS)
15h25-15h45 – Des rencontres improbables: les étudiants et intellectuels britanniques en France en mai-juin 68 – Daniel Gordon (Edge Hill University)
15h45-16h05 – Palestine en France : rencontres et interactions militantes entre Palestiniens et Français dans la France des années 68 – Thomas Maineult (Centre d’histoire de Sciences po)
16h05-16h35 – Pause
16h35-16h55 – Transferts, liens, connexions. Le rôle de Conrad Detrez dans les circulations contestataires – Elie Teicher (Université de Liège / Boursier FRESH)
16h55- 17h15 – Mobilisations de soutien aux «Trois Marias» : internationalisme féministe dans le contexte post-68 – Maira Abreu (GTM-Cresppa / Universidade de São Paulo )
17h15-18h – Discussion

MERCREDI 26 MAI 2021

 10h00-10h20 – Paris, capitale mondiale des intellectuels «révolutionnaires» ? – Antoine Aubert (CESSP)

APPRENTISSAGES / PRATIQUES MILITANTES

Modératrice : Eugenia Palieraki (CPJP / CY Cergy Paris Université)
10h20-10h40 – Condition postcoloniale en mai 68 – Burleigh Hendrikson (Pennsylvania State University)
10h40-11h00 – L’apprentissage de pratiques militantes chez les étudiants polynésiens pendant Mai 68 : quels héritages dans le mouvement contre les essais nucléaires à Moruroa et Fangataufa ? – Clémence Maillochon (CRESAT / Université de Haute-Alsace)
11h00-11h20 – Pause

Modératrice : Ophélie Rillon (IMAF / CNRS)
11h20-11h40 – L’UEG des années 1968 : le moteur d’une décennie indépendantiste en Guyane – Edenz Maurice (CERMA-Mondes Américains / EHESS)
11h40-12h00 – The French Connection : Charles Bettelheim, Mexican students in 1968, and transnational Maoism – Jorge Ivan Puma Crespo (Notre Dame University / Université Paris-Saclay Université d’Evry)
12h00-12h40 – Discussion
12h40-14h10 – Déjeuner

REGARDS

Modérateur : Gabrielle Chomentowski (CHS / CNRS)
14h10-14h30 – Etudiants étrangers des écoles de cinéma à Paris en mai 68 – Lea Morin (Chercheuse indépendante, curatrice)
14h30-14h50 – Etudiants d’Afrique sub-saharienne acteurs de mai ? – Françoise Blum (CHS / CNRS)
14h50-15h10 – Juste un mouvement – Vincent Meesen (Artiste)
15H10-15h40 Pause
15h40-16h00 Traces – Frank Veyron (La Contemporaine) (sous réserve)
16h00-16h30 – Discussion

CONCLUSION

16h30-17h00 – Conclusion – Michelle Zancarini-Fournel  (LARHA / Université Lyon1) 

COMITE SCIENTIFIQUE : Ludivine Bantigny, Françoise Blum, Gabrielle Chomentowski, Boris Gobille, Frank Georgi, Burleigh Hendrickson, Pierre-Jean Le Foll-Luciani, Edenz Maurice, Eugenia Palieraki, Ophélie Rillon, Alexis Roy, Guillaume Tronchet.

[APPEL A CONTRIBUTIONS] “Accueil des réfugiés, éducation et formation : stratégies, politiques et pratiques à l’épreuve des mobilités forcées”

Le Journal of International Mobility (Presses universitaires de France) lance pour son prochain numéro un appel à contributions sur le thème des mobilités forcées.

Télécharger l’appel en français, anglais, allemand, espagnol, italien.

Date limite de soumission des articles : 17 mai 2021.

Argumentaire :

Les déplacements forcés de population provoqués par les crises et les conflits à l’échelle mondiale sont aussi des crises de l’éducation. En quelques années, le nombre d’enfants et de jeunes réfugiés privés d’accès à l’éducation s’est en effet considérablement accru : d’après les derniers chiffres du Haut-Commissariat aux Réfugiés, seuls 63 % des réfugiés en âge de suivre une éducation primaire en ont aujourd’hui la possibilité ; ce chiffre tombe à 24 % pour l’accès à l’enseignement secondaire, et à seulement 1 % pour l’accès à l’enseignement supérieur. La nécessité, dans les pays d’accueil, d’organiser la rescolarisation de ces populations en vertu du droit d’accès à l’éducation énoncé dans la déclaration universelle des droits de l’homme de 1948, constitue bien souvent une mise à l’épreuve des systèmes scolaires et universitaires.

Si, en dépit de l’ancienneté d’un phénomène qui traverse tout le XXe siècle, les acteurs scolaires et universitaires sont souvent mal préparés, on observe toutefois depuis quelques années, une dynamique d’institutionnalisation et de professionnalisation des dispositifs d’accueil et d’accompagnement des réfugiés en matière d’éducation, comme en témoigne le lancement de Refugee Education 2030, la nouvelle stratégie d’éducation à dix ans pour les réfugiés lancée par le Haut-Commissariat aux Réfugiés fin 2019, ou bien encore les priorités données à l’inclusion par la Commission européenne dans le cadre de la programmation 2021-2027 du programme Erasmus +.

S’il est sans doute encore trop tôt pour parler d’un tournant international dans l’encadrement et le soutien à la formation des populations en situation de mobilité forcée, ce contexte est l’occasion d’inviter les chercheurs en sciences sociales à porter un regard rétrospectif sur les stratégies, les politiques et les pratiques existantes, afin d’en proposer un bilan.

Dans ce cadre, le Journal of International Mobility lance un appel à contributions sur le thème de l’éducation à l’épreuve des mobilités forcées, en invitant les chercheurs à proposer des articles qui pourront mobiliser une ou plusieurs disciplines (sociologie, histoire, science politique, relations internationales, démographie, etc.) et s’inscrire dans un ou plusieurs des axes suivants (à noter que les propositions de « dossier thématique » composé de deux à trois articles sont possibles, au même titre que les articles isolés, qu’ils soient individuels ou collectifs) :

• Axe 1 : Géopolitique de l’accueil

Le premier axe d’étude vise à interroger l’articulation entre crise humanitaire et orientations stratégiques des politiques d’éducation, afin de voir dans quelle mesure l’accueil des réfugiés impacte la géopolitique des systèmes d’enseignement.

La régulation des flux de réfugiés dans les formations scolaires et universitaires s’intègre-t-elle dans la compétition académique internationale ou dessine-t-elle une autre géopolitique mondiale ? Comment se structurent les flux de la mobilité forcée dans le domaine de l’éducation ? Quels sont les acteurs qui organisent et polarisent ces flux ? De nouveaux pôles et/ou de nouveaux acteurs émergent-ils ? Quels sont les débats politiques et juridiques qui soustendent la régulation de ces flux spécifiques ? Qui sont les prescripteurs de standards internationaux en la matière ? Comment se positionne et s’articule l’action des organisations internationales interétatiques, des États, des villes, des ONG et des institutions d’enseignement ?

Les articles proposés pourront aborder des questions aussi diverses que l’évolution de la législation internationale pour la protection des droits des réfugiés en matière d’accès à l’éducation, les enjeux liés à la quantification des flux et aux usages des statistiques internationales, l’évolution de la structuration du champ humanitaire autour de l’accueil des élèves et étudiants réfugiés, l’étude monographique ou comparée de politiques nationales et internationales mises en œuvre en leur faveur, les processus transnationaux de labellisation, de contrôle qualité et de reconnaissance des formations et des diplômes, les acteurs et les outils de la diffusion de l’information sur la formation en faveur des réfugiés, etc.

• Axe 2 : Sociologie des dispositifs d’accueil et d’accompagnement

Le deuxième axe d’étude porte sur la sociologie de la mise en œuvre pratique des politiques et des programmes d’éducation en faveur des réfugiés dans l’éducation, que ce soit dans l’enseignement primaire, secondaire, supérieur ou professionnel. Une attention pourra être accordée également aux actions et dispositifs d’éducation informelle. Il s’agit d’envisager ici la prise en charge de la mobilité forcée d’un bout à l’autre de la chaîne : accompagnement administratif et juridique, aide sociale, suivi médical et psychologique, mise en place de bourses, adaptation de l’offre de formation, initiatives et bonnes pratiques pédagogiques et linguistiques, équivalences de diplômes, insertion professionnelle, etc.

Quelle typologie peut-on dresser des programmes et bourses existants pour la formation des réfugiés ? Comment sont conçus ces dispositifs d’accueil et d’accompagnement ? Quels acteurs sont impliqués dans leur conception (étudiants, enseignants, chercheurs, personnels administratifs, juristes, acteurs associatifs, etc.) ? Quelle articulation entre bénévoles et professionnels ? Comment s’organisent la sélection, l’accueil, l’inclusion et le suivi des réfugiés admis à ces programmes ?

Sont particulièrement attendues des études de cas, quantitatives et qualitatives, portant sur des programmes de bourses et des dispositifs mis en place aussi bien à l’échelle internationale (DAFI Scholarships du HCR, UNESCO Schools for refugees in Lebanon, actions soutenues par la Commission européenne dans le cadre du programme Erasmus+, World University Service, HOPES Project, etc.), à l’échelle nationale (bourses pour les réfugiés du DAAD en Allemagne, bourses pour étudiants syriens de Campus France, Foundation for Refugee Students, Institute for International Education, Jusoor Program, etc.), ou à l’échelle locale par des villes ou par des établissements d’enseignement. Ces exemples ne sont pas limitatifs.

• Axe 3 : Portraits de groupes et suivi de trajectoires

Le troisième axe a pour objectif de restituer les dynamiques propres aux populations insérées dans des logiques de formation à l’occasion d’une mobilité forcée, et de s’intéresser à leur intégration dans les sociétés et les formations d’accueil, aux difficultés particulières qu’elles peuvent rencontrer dans ce cadre, à la place qu’occupe la mobilité forcée dans leur parcours de formation et dans leurs trajectoires socioprofessionnelles, à la reconfiguration éventuelle de leur mobilité forcée en une nouvelle mobilité choisie. Il s’agit aussi d’analyser dans quelle mesure ces populations, loin d’être les bénéficiaires passifs les dispositifs mis en place en leur faveur, peuvent être aussi les acteurs de leur parcours de formation, et dans quelle mesure elles peuvent être partie prenante de la fabrique et de l’évolution des dispositifs existants. Les articles proposés pourront s’intéresser ici aux dynamiques sociales de groupes nationaux et de cohortes suivies dans le cadre de programmes spécifiques.

Modalités de soumission des articles
Tous les détails : https://agence.erasmusplus.fr/2020/10/23/journal-of-international-mobility-jim-appel-a-contributions/

[PARUTION] “Les voyages forment la jeunesse. Les boursières scientifiques David-Weill à la découverte du monde (1910-1939)”

Vient de paraître : Antonin Durand (éd.), Les voyages forment la jeunesse : les boursières scientifiques David-Weill à la découverte du monde (1910-1939), Presses universitaires de Strasbourg, 2020, 430p.

Quatrième de couverture :

En 1909, le banquier David Weill lançait la première Bourse de voyage permettant aux étudiants français, sans distinction de sexe, d’étudier un an à l’étranger. Cette porte ouverte sur l’Europe et sur le monde permit à une génération d’étudiantes – encore très minoritaires dans l’Université française – de découvrir le fonctionnement académique et la vie étudiante à l’étranger.

Ce volume regroupe neuf rapports de séjour rédigés par ces pionnières, nous offrant le témoignage de nouveaux savoirs, de pratiques de recherche et d’enseignement, mais aussi, plus généralement, de leurs impressions sur le monde de la première moitié du XXe siècle et sur la place nouvelle que les femmes y occupent.

À travers la mosaïque de pays et de disciplines qu’ils recouvrent – mathématiques, physique, chimie, biologie, géologie, économie –, ces documents offrent un nouveau regard sur les pratiques scientifiques dans le monde de l’entre-deux-guerres et sur la condition féminine au sein des élites savantes.

Lien vers le site de l’éditeur

[PARUTION] “André Honnorat, un visionnaire en politique”

Vient de paraître : Guillaume Tronchet, André Honnorat, un visionnaire en politique, Paris, Maisonneuve & Larose/Hémisphères éditions, 2020, 448 p. (préface de Patrick Weil)

Quatrième de couverture :

André Honnorat est une passionnante figure parlementaire du premier XXe siècle, dont les combats en faveur de la santé publique, des étrangers, des réfugiés, de la démocratisation culturelle, sont d’une étonnante actualité. Self-made man, journaliste dreyfusard, haut-fonctionnaire en charge de la séparation des Églises et de l’État, député puis sénateur pendant trente ans, il est le seul ministre de l’Éducation nationale à n’avoir pas passé le baccalauréat. Novateur, fin politique, passionné par l’action publique, ce travailleur acharné est surtout un réformateur et un bâtisseur tous azimuts : pionnier des politiques familiales, à l’origine de la législation antituberculeuse et de la création des sanatoriums, promoteur de la médecine préventive pour les étudiants, on lui doit également l’instauration de l’heure d’été en France et la création de bibliothèques, de musées et d’instituts universitaires.

Engagé pour l’ouverture de la France aux étrangers, il est l’un des grands réformateurs de la nationalité française et s’active pour faciliter la circulation des intellectuels en Europe et à l’international, en étant notamment l’initiateur de l’accueil d’étudiants réfugiés en France pendant la Première Guerre mondiale et le président-fondateur de la Cité internationale universitaire de Paris, avec le soutien de grands mécènes internationaux (David-Weill, Guggenheim, Rockefeller, Rothschild, etc.) au profit d’une jeunesse mondiale alors en formation (Blixen, Bourguiba, Césaire, Pompidou, Sartre, Senghor, etc.). Figure majeure de l’accueil des réfugiés juifs dans les années 1930, il s’abstient de voter les pleins pouvoirs au maréchal Pétain en 1940, s’oppose au régime de Vichy et retrouve le Parlement à la Libération. Globe-trotter infatigable, il aura sillonné le monde jusqu’à plus de soixante-dix ans, comme peu de parlementaires de sa génération.

Plongeant au cœur des réseaux d’influence et de pouvoir à l’origine de la fabrique de l’État social et républicain, dans les arcanes d’une société parlementaire aujourd’hui oubliée, l’auteur nous livre ici la biographie inédite et nécessaire de l’une des personnalités politiques les plus marquantes de la IIIe République.

Lien vers le site de l’éditeur

[APPEL A CONTRIBUTIONS] Étudiants, intellectuels et artistes étrangers en France en mai-juin 1968

Dans le cadre du colloque “Étudiants, intellectuels et artistes étrangers en France en mai-juin 68”, qui sera organisé les 11 et 12 février 2021 au Centre de colloques en partenariat avec le Campus Condorcet, le Centre d’histoire sociale des mondes contemporains lance un appel à communication.

L’historiographie “des années 68” a récemment privilégié une approche globale des mouvements sociaux, mettant l’accent sur les circulations et les échanges d’un pays ou d’un continent à l’autre. Cette historiographie est très riche, comme l’est aussi celle concernant plus spécifiquement le “Mai français”. Il demeure néanmoins quelques angles morts, ou quelques terrains qui n’ont pas été explorés. L’un de ceux-ci est le rôle des étudiants étrangers voire plus largement des intellectuels et artistes étrangers (écrivains, artistes, musiciens, enseignants etc.) en France en mai-juin 68. Cette présence des étrangers en France a fait l’objet d’études quand il s’agissait des travailleurs immigrés dont on sait désormais l’importante participation au mouvement de Mai. Mais la présence d’étudiants et/ou intellectuels, et partant leur participation au mouvement, reste encore largement ignorée. Ils sont alors nombreux à étudier dans la capitale française, ou dans d’autres villes universitaires du territoire. Ils représentent 5,7% de la population étudiante totale en 1968-1969, et cet effectif va croître très fortement à partir de la fin de l’année 68. Ils sont africains (Afrique du Nord et Afrique sub-saharienne), européens (allemands, portugais, italiens, espagnols, grecs, britanniques), sud-américains, israéliens, américains du Nord (Etats-Unis ou Québec), palestiniens. Ils adhèrent généralement au “Mai français” tout en mettant en œuvre des logiques spécifiques liées aux conditions politiques et sociales de leur pays d’origine.

Qu’il s’agisse de contester des dictatures pour les Grecs, Portugais, Espagnols, Argentins, Brésiliens, ou Tchécoslovaques et Polonais, de contester la guerre du Vietnam ou le racisme (Américains), de lutter pour la paix en Palestine, ils insèrent au sein du “Mai français” leurs revendications et profitent de ce moment de libération exceptionnelle de la parole pour élever eux aussi la voix. Il s’agit donc ici de rendre compte de leurs paroles et actes en France mais aussi de la situation en 1968 de leurs pays respectifs, ou plutôt de ce que leurs paroles et actes en France témoignent de la situation dans leur pays d’origine. Des oppositions à bien des régimes autoritaires se sont constituées en exil. Les événements de mai changent-ils la donne ? Les slogans sont-ils alors transformés ? Les attentes ou espoirs bouleversés ?

Ces étudiants peuvent pratiquer un certain entre-soi ou, au contraire, profiter du mouvement pour internationaliser les contacts, pour nourrir leur expérience militante de celles de camarades étrangers. À l’inverse, on peut s’interroger sur ce que le mouvement de Mai doit à ces étudiant.e.s , intellectuel.le.s et artistes venu.e.s d’ailleurs : comment la circulation des savoirs et des pratiques – en particulier dans le domaine militant (slogans, idées, modes d’action)- a-t-elle pu influer sur les répertoires militants en France ? Les Unions et Fédérations d’étudiants étrangers ont-elles joué un rôle ? Quels livres (parfois traduits par les étudiants eux-mêmes), quelles musiques ou chants, quels films dans ce moment charnière ont pu circuler parmi ces hommes et ces femmes, et jouer un rôle sur les acteurs? S’intéresser aux étudiants, intellectuels et artistes étrangers, c’est aussi scruter les rencontres improbables que les événements rendirent possibles, voire les relations amicales ou amoureuses qui s’épanouirent alors. C’est comprendre aussi ce que le politique peut faire à l’intime dans le monde des exilés, et dans un moment aussi extraordinaire, au sens premier du terme. Les lieux de vie des étudiants étrangers, les résidences et les foyers étudiants telle la Cité internationale universitaire de Paris, pourront faire l’objet d’une étude spécifique : pépinières de rencontres internationales, ces lieux sont souvent des incubateurs d’idées et d’actions militantes.

Les événements ont pu bouleverser les habitudes ou en créer de nouvelles, modifier ou non les rapports de genre. A l’inverse des situations heureuses, des bonheurs nés de l’adrénaline de l’action collective, comment les évènements de 68 ont-ils créé ou accru les inégalités sociales entre étudiants français et étrangers ? L’éloignement familial dans ce cas peut peser lourd, que ce soit financièrement ou psychologiquement, quand des réseaux de solidarité peuvent aussi se mettre en place qu’ils soient intra ou extra- communautaires.

Ce colloque s’intéressera donc à la vie militante et quotidienne de ces étudiants et intellectuels étrangers dans leur dimension politique, économique, sociale et culturelle. On ne s’interdira pas non plus de penser l’après mai 68. Qu’est-ce que les évènements ont fait à des trajectoires jusqu’alors linéaires ? Ont-ils bousculé des certitudes, impulsé des retours aux pays prématurés par rapport aux projets antérieurs ? ou au contraire des installations plus définitives ? Certaines figures d’étudiants étrangers ont-elles émergées pour s’installer durablement dans la vie étudiante et/ou militante française ? Ont-ils provoqué des formes d’établissement, en France ou ailleurs ? Qui sont les expulsés ? Qu’est-il advenu d’eux ? La participation des étudiants étrangers au mouvement de 68 a-t-elle creusé des filières de mobilités étudiantes pour les années suivantes ?

Plusieurs types d’approche sont possibles : des approches de groupe d’une part, comme par exemple les étudiants palestiniens et leur rôle dans le “Mai français” ou des études plus biographiques, tout autant que des histoires de vie saisies à un moment donné, ou des productions textuelles ou artistiques conçues par ce type d’acteurs pendant Mai-Juin 68 et qui donnent à voir ou à penser ces évènements. On souhaite ainsi, comme en Mai, faire fi des frontières et penser le monde de l’année 68, en une démarche d’histoire globale.

Une exposition virtuelle, destinée à valoriser le fonds d’archives Mai-Juin 68 du Centre d’histoire sociale des mondes contemporains avait déjà réuni quelques chercheurs sur cette problématique. Elle est bien entendu loin d’épuiser le sujet, et constitue plus une amorce qu’une exposition exhaustive. Nous espérons donc avec ce colloque réunir d’autres contributions, élargir les problématiques, écouter aussi et recueillir des témoignages. Comme dans l’exposition virtuelle, nous incluons les Départements d’Outre-Mer étant donné la vigueur qu’avaient alors les mouvements indépendantistes et l’impact qu’a pu avoir la présence de leurs ressortissants en métropole pour ces mouvements.

Les propositions de communications (5000 signes maximum), accompagnées d’un bref CV sont à faire parvenir à l’adresse suivante : fblum@univ-paris1.fr avant le 30 octobre 2020.

Comité scientifique :
Ludivine Bantigny (GRHis, Université de Rouen) , Françoise Blum (Centre d’histoire sociale des mondes contemporains,CNRS), Gabrielle Chomentowski (Centre d’histoire sociale des mondes contemporains, CNRS), Frank Georgi (Université d’Evry Val d’Essonne), Boris Gobille (ENS Lyon), Burleigh Hendrickson (Pennsylvania State University), Jean-Pierre Le Foll Luciani (Education nationale) , Edenz Maurice (Centre de recherches sur les mondes américains/Centre d’histoire de sciences po), Eugénia Palieraki (Centre de Philosophie Juridique et Politique, CY Cergy Paris Université), Ophélie Rillon (Les Afriques dans le monde, CNRS), Alexis Roy (IMAF, CNRS), Palmira de Sousa (Campus Condorcet) , Guillaume Tronchet (Institut d’histoire moderne et contemporaine, ENS-Paris 1-CNRS).

[EXPO VIRTUELLE] Mai-Juin 1968 : étudiants étrangers en France

A partir de fonds d’archives conservés par le Centre d’histoire sociale des mondes contemporains, une exposition virtuelle autour du rôle des étudiants étrangers en mai-juin 1968 en France a été réalisée sous le commissariat de Françoise Blum (CHS/CNRS), avec le soutien de l’ANR GlobalYouth, de l’infrastructure Huma-Num pour les humanités numériques, et dans le cadre des projets documentaires du Campus Condorcet. Plusieurs des membres de l’équipe GlobalYouth figurent parmi les contributeurs de cette exposition, laquelle constitue une première étape d’un projet plus vaste, dont on dira prochainement quelques mots ici.

Pour découvrir l’exposition

[PARUTION] L’accueil des étudiants réfugiés au XXe siècle : un chantier d’histoire globale / Towards a global history of refugee students in the twentieth century

Vient de paraître : Guillaume Tronchet, “L’accueil des étudiants réfugiés au XXe siècle : un chantier d’histoire globale”, Monde(s). Histoire, espaces, relations, n°15, 2019, p. 96-116.

Résumé/Abstract :

En dehors de quelques études de cas, l’histoire mondiale des étudiants réfugiés reste à écrire. Bien moins étudiée que l’histoire des professeurs et des chercheurs en exil, cette question soulève de nombreux problèmes d’histoire politique, sociale et culturelle. Cet article est une première étape d’un projet de recherche en cours sur le sujet. Il propose quelques points de repère sur l’histoire mondiale des étudiants réfugiés et une analyse croisée de certaines tendances de cette longue histoire, afin d’expliquer comment la question des étudiants réfugiés fut d’abord un problème humanitaire et européen, avant de devenir un enjeu global et stratégique de concurrence entre États-nations au XXe siècle.

Apart from a few case studies, the global history of refugee students remains to be written. Much less studied than the history of professors and researchers in exile, the question raises many issues of political, social and cultural history. This article is a first step of an ongoing research project on this topic. It offers some benchmarks on the global history of refugee students and a cross-analysis of some of the trends of this long history, in order to explain how the issue of refugee students was first a humanitarian and European problem before becoming a global and strategic challenge of the world competition between states during the twentieth century.

Accéder à l’article en open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search