[APPEL A CONTRIBUTIONS] « Accueil des réfugiés, éducation et formation : stratégies, politiques et pratiques à l’épreuve des mobilités forcées »

Le Journal of International Mobility (Presses universitaires de France) lance pour son prochain numéro un appel à contributions sur le thème des mobilités forcées.

Télécharger l’appel en français, anglais, allemand, espagnol, italien.

Date limite de soumission des articles : 17 mai 2021.

Argumentaire :

Les déplacements forcés de population provoqués par les crises et les conflits à l’échelle mondiale sont aussi des crises de l’éducation. En quelques années, le nombre d’enfants et de jeunes réfugiés privés d’accès à l’éducation s’est en effet considérablement accru : d’après les derniers chiffres du Haut-Commissariat aux Réfugiés, seuls 63 % des réfugiés en âge de suivre une éducation primaire en ont aujourd’hui la possibilité ; ce chiffre tombe à 24 % pour l’accès à l’enseignement secondaire, et à seulement 1 % pour l’accès à l’enseignement supérieur. La nécessité, dans les pays d’accueil, d’organiser la rescolarisation de ces populations en vertu du droit d’accès à l’éducation énoncé dans la déclaration universelle des droits de l’homme de 1948, constitue bien souvent une mise à l’épreuve des systèmes scolaires et universitaires.

Si, en dépit de l’ancienneté d’un phénomène qui traverse tout le XXe siècle, les acteurs scolaires et universitaires sont souvent mal préparés, on observe toutefois depuis quelques années, une dynamique d’institutionnalisation et de professionnalisation des dispositifs d’accueil et d’accompagnement des réfugiés en matière d’éducation, comme en témoigne le lancement de Refugee Education 2030, la nouvelle stratégie d’éducation à dix ans pour les réfugiés lancée par le Haut-Commissariat aux Réfugiés fin 2019, ou bien encore les priorités données à l’inclusion par la Commission européenne dans le cadre de la programmation 2021-2027 du programme Erasmus +.

S’il est sans doute encore trop tôt pour parler d’un tournant international dans l’encadrement et le soutien à la formation des populations en situation de mobilité forcée, ce contexte est l’occasion d’inviter les chercheurs en sciences sociales à porter un regard rétrospectif sur les stratégies, les politiques et les pratiques existantes, afin d’en proposer un bilan.

Dans ce cadre, le Journal of International Mobility lance un appel à contributions sur le thème de l’éducation à l’épreuve des mobilités forcées, en invitant les chercheurs à proposer des articles qui pourront mobiliser une ou plusieurs disciplines (sociologie, histoire, science politique, relations internationales, démographie, etc.) et s’inscrire dans un ou plusieurs des axes suivants (à noter que les propositions de « dossier thématique » composé de deux à trois articles sont possibles, au même titre que les articles isolés, qu’ils soient individuels ou collectifs) :

• Axe 1 : Géopolitique de l’accueil

Le premier axe d’étude vise à interroger l’articulation entre crise humanitaire et orientations stratégiques des politiques d’éducation, afin de voir dans quelle mesure l’accueil des réfugiés impacte la géopolitique des systèmes d’enseignement.

La régulation des flux de réfugiés dans les formations scolaires et universitaires s’intègre-t-elle dans la compétition académique internationale ou dessine-t-elle une autre géopolitique mondiale ? Comment se structurent les flux de la mobilité forcée dans le domaine de l’éducation ? Quels sont les acteurs qui organisent et polarisent ces flux ? De nouveaux pôles et/ou de nouveaux acteurs émergent-ils ? Quels sont les débats politiques et juridiques qui soustendent la régulation de ces flux spécifiques ? Qui sont les prescripteurs de standards internationaux en la matière ? Comment se positionne et s’articule l’action des organisations internationales interétatiques, des États, des villes, des ONG et des institutions d’enseignement ?

Les articles proposés pourront aborder des questions aussi diverses que l’évolution de la législation internationale pour la protection des droits des réfugiés en matière d’accès à l’éducation, les enjeux liés à la quantification des flux et aux usages des statistiques internationales, l’évolution de la structuration du champ humanitaire autour de l’accueil des élèves et étudiants réfugiés, l’étude monographique ou comparée de politiques nationales et internationales mises en œuvre en leur faveur, les processus transnationaux de labellisation, de contrôle qualité et de reconnaissance des formations et des diplômes, les acteurs et les outils de la diffusion de l’information sur la formation en faveur des réfugiés, etc.

• Axe 2 : Sociologie des dispositifs d’accueil et d’accompagnement

Le deuxième axe d’étude porte sur la sociologie de la mise en œuvre pratique des politiques et des programmes d’éducation en faveur des réfugiés dans l’éducation, que ce soit dans l’enseignement primaire, secondaire, supérieur ou professionnel. Une attention pourra être accordée également aux actions et dispositifs d’éducation informelle. Il s’agit d’envisager ici la prise en charge de la mobilité forcée d’un bout à l’autre de la chaîne : accompagnement administratif et juridique, aide sociale, suivi médical et psychologique, mise en place de bourses, adaptation de l’offre de formation, initiatives et bonnes pratiques pédagogiques et linguistiques, équivalences de diplômes, insertion professionnelle, etc.

Quelle typologie peut-on dresser des programmes et bourses existants pour la formation des réfugiés ? Comment sont conçus ces dispositifs d’accueil et d’accompagnement ? Quels acteurs sont impliqués dans leur conception (étudiants, enseignants, chercheurs, personnels administratifs, juristes, acteurs associatifs, etc.) ? Quelle articulation entre bénévoles et professionnels ? Comment s’organisent la sélection, l’accueil, l’inclusion et le suivi des réfugiés admis à ces programmes ?

Sont particulièrement attendues des études de cas, quantitatives et qualitatives, portant sur des programmes de bourses et des dispositifs mis en place aussi bien à l’échelle internationale (DAFI Scholarships du HCR, UNESCO Schools for refugees in Lebanon, actions soutenues par la Commission européenne dans le cadre du programme Erasmus+, World University Service, HOPES Project, etc.), à l’échelle nationale (bourses pour les réfugiés du DAAD en Allemagne, bourses pour étudiants syriens de Campus France, Foundation for Refugee Students, Institute for International Education, Jusoor Program, etc.), ou à l’échelle locale par des villes ou par des établissements d’enseignement. Ces exemples ne sont pas limitatifs.

• Axe 3 : Portraits de groupes et suivi de trajectoires

Le troisième axe a pour objectif de restituer les dynamiques propres aux populations insérées dans des logiques de formation à l’occasion d’une mobilité forcée, et de s’intéresser à leur intégration dans les sociétés et les formations d’accueil, aux difficultés particulières qu’elles peuvent rencontrer dans ce cadre, à la place qu’occupe la mobilité forcée dans leur parcours de formation et dans leurs trajectoires socioprofessionnelles, à la reconfiguration éventuelle de leur mobilité forcée en une nouvelle mobilité choisie. Il s’agit aussi d’analyser dans quelle mesure ces populations, loin d’être les bénéficiaires passifs les dispositifs mis en place en leur faveur, peuvent être aussi les acteurs de leur parcours de formation, et dans quelle mesure elles peuvent être partie prenante de la fabrique et de l’évolution des dispositifs existants. Les articles proposés pourront s’intéresser ici aux dynamiques sociales de groupes nationaux et de cohortes suivies dans le cadre de programmes spécifiques.

Modalités de soumission des articles
Tous les détails : https://agence.erasmusplus.fr/2020/10/23/journal-of-international-mobility-jim-appel-a-contributions/

[BOOKS] « Les voyages forment la jeunesse. Les boursières scientifiques David-Weill à la découverte du monde (1910-1939) »

Vient de paraître : Antonin Durand (éd.), Les voyages forment la jeunesse : les boursières scientifiques David-Weill à la découverte du monde (1910-1939), Presses universitaires de Strasbourg, 2020, 430p.

Quatrième de couverture :

En 1909, le banquier David Weill lançait la première Bourse de voyage permettant aux étudiants français, sans distinction de sexe, d’étudier un an à l’étranger. Cette porte ouverte sur l’Europe et sur le monde permit à une génération d’étudiantes – encore très minoritaires dans l’Université française – de découvrir le fonctionnement académique et la vie étudiante à l’étranger.

Ce volume regroupe neuf rapports de séjour rédigés par ces pionnières, nous offrant le témoignage de nouveaux savoirs, de pratiques de recherche et d’enseignement, mais aussi, plus généralement, de leurs impressions sur le monde de la première moitié du XXe siècle et sur la place nouvelle que les femmes y occupent.

À travers la mosaïque de pays et de disciplines qu’ils recouvrent – mathématiques, physique, chimie, biologie, géologie, économie –, ces documents offrent un nouveau regard sur les pratiques scientifiques dans le monde de l’entre-deux-guerres et sur la condition féminine au sein des élites savantes.

Lien vers le site de l’éditeur

[BOOKS] « André Honnorat, un visionnaire en politique »

Vient de paraître : Guillaume Tronchet, André Honnorat, un visionnaire en politique, Paris, Maisonneuve & Larose/Hémisphères éditions, 2020, 448 p. (préface de Patrick Weil)

Quatrième de couverture :

André Honnorat est une passionnante figure parlementaire du premier XXe siècle, dont les combats en faveur de la santé publique, des étrangers, des réfugiés, de la démocratisation culturelle, sont d’une étonnante actualité. Self-made man, journaliste dreyfusard, haut-fonctionnaire en charge de la séparation des Églises et de l’État, député puis sénateur pendant trente ans, il est le seul ministre de l’Éducation nationale à n’avoir pas passé le baccalauréat. Novateur, fin politique, passionné par l’action publique, ce travailleur acharné est surtout un réformateur et un bâtisseur tous azimuts : pionnier des politiques familiales, à l’origine de la législation antituberculeuse et de la création des sanatoriums, promoteur de la médecine préventive pour les étudiants, on lui doit également l’instauration de l’heure d’été en France et la création de bibliothèques, de musées et d’instituts universitaires.

Engagé pour l’ouverture de la France aux étrangers, il est l’un des grands réformateurs de la nationalité française et s’active pour faciliter la circulation des intellectuels en Europe et à l’international, en étant notamment l’initiateur de l’accueil d’étudiants réfugiés en France pendant la Première Guerre mondiale et le président-fondateur de la Cité internationale universitaire de Paris, avec le soutien de grands mécènes internationaux (David-Weill, Guggenheim, Rockefeller, Rothschild, etc.) au profit d’une jeunesse mondiale alors en formation (Blixen, Bourguiba, Césaire, Pompidou, Sartre, Senghor, etc.). Figure majeure de l’accueil des réfugiés juifs dans les années 1930, il s’abstient de voter les pleins pouvoirs au maréchal Pétain en 1940, s’oppose au régime de Vichy et retrouve le Parlement à la Libération. Globe-trotter infatigable, il aura sillonné le monde jusqu’à plus de soixante-dix ans, comme peu de parlementaires de sa génération.

Plongeant au cœur des réseaux d’influence et de pouvoir à l’origine de la fabrique de l’État social et républicain, dans les arcanes d’une société parlementaire aujourd’hui oubliée, l’auteur nous livre ici la biographie inédite et nécessaire de l’une des personnalités politiques les plus marquantes de la IIIe République.

Lien vers le site de l’éditeur

[APPEL A CONTRIBUTIONS] Étudiants, intellectuels et artistes étrangers en France en mai-juin 1968

Dans le cadre du colloque « Étudiants, intellectuels et artistes étrangers en France en mai-juin 68 », qui sera organisé les 11 et 12 février 2021 au Centre de colloques en partenariat avec le Campus Condorcet, le Centre d’histoire sociale des mondes contemporains lance un appel à communication.

L’historiographie « des années 68 » a récemment privilégié une approche globale des mouvements sociaux, mettant l’accent sur les circulations et les échanges d’un pays ou d’un continent à l’autre. Cette historiographie est très riche, comme l’est aussi celle concernant plus spécifiquement le « Mai français ». Il demeure néanmoins quelques angles morts, ou quelques terrains qui n’ont pas été explorés. L’un de ceux-ci est le rôle des étudiants étrangers voire plus largement des intellectuels et artistes étrangers (écrivains, artistes, musiciens, enseignants etc.) en France en mai-juin 68. Cette présence des étrangers en France a fait l’objet d’études quand il s’agissait des travailleurs immigrés dont on sait désormais l’importante participation au mouvement de Mai. Mais la présence d’étudiants et/ou intellectuels, et partant leur participation au mouvement, reste encore largement ignorée. Ils sont alors nombreux à étudier dans la capitale française, ou dans d’autres villes universitaires du territoire. Ils représentent 5,7% de la population étudiante totale en 1968-1969, et cet effectif va croître très fortement à partir de la fin de l’année 68. Ils sont africains (Afrique du Nord et Afrique sub-saharienne), européens (allemands, portugais, italiens, espagnols, grecs, britanniques), sud-américains, israéliens, américains du Nord (Etats-Unis ou Québec), palestiniens. Ils adhèrent généralement au « Mai français » tout en mettant en œuvre des logiques spécifiques liées aux conditions politiques et sociales de leur pays d’origine.

Qu’il s’agisse de contester des dictatures pour les Grecs, Portugais, Espagnols, Argentins, Brésiliens, ou Tchécoslovaques et Polonais, de contester la guerre du Vietnam ou le racisme (Américains), de lutter pour la paix en Palestine, ils insèrent au sein du « Mai français » leurs revendications et profitent de ce moment de libération exceptionnelle de la parole pour élever eux aussi la voix. Il s’agit donc ici de rendre compte de leurs paroles et actes en France mais aussi de la situation en 1968 de leurs pays respectifs, ou plutôt de ce que leurs paroles et actes en France témoignent de la situation dans leur pays d’origine. Des oppositions à bien des régimes autoritaires se sont constituées en exil. Les événements de mai changent-ils la donne ? Les slogans sont-ils alors transformés ? Les attentes ou espoirs bouleversés ?

Ces étudiants peuvent pratiquer un certain entre-soi ou, au contraire, profiter du mouvement pour internationaliser les contacts, pour nourrir leur expérience militante de celles de camarades étrangers. À l’inverse, on peut s’interroger sur ce que le mouvement de Mai doit à ces étudiant.e.s , intellectuel.le.s et artistes venu.e.s d’ailleurs : comment la circulation des savoirs et des pratiques – en particulier dans le domaine militant (slogans, idées, modes d’action)- a-t-elle pu influer sur les répertoires militants en France ? Les Unions et Fédérations d’étudiants étrangers ont-elles joué un rôle ? Quels livres (parfois traduits par les étudiants eux-mêmes), quelles musiques ou chants, quels films dans ce moment charnière ont pu circuler parmi ces hommes et ces femmes, et jouer un rôle sur les acteurs? S’intéresser aux étudiants, intellectuels et artistes étrangers, c’est aussi scruter les rencontres improbables que les événements rendirent possibles, voire les relations amicales ou amoureuses qui s’épanouirent alors. C’est comprendre aussi ce que le politique peut faire à l’intime dans le monde des exilés, et dans un moment aussi extraordinaire, au sens premier du terme. Les lieux de vie des étudiants étrangers, les résidences et les foyers étudiants telle la Cité internationale universitaire de Paris, pourront faire l’objet d’une étude spécifique : pépinières de rencontres internationales, ces lieux sont souvent des incubateurs d’idées et d’actions militantes.

Les événements ont pu bouleverser les habitudes ou en créer de nouvelles, modifier ou non les rapports de genre. A l’inverse des situations heureuses, des bonheurs nés de l’adrénaline de l’action collective, comment les évènements de 68 ont-ils créé ou accru les inégalités sociales entre étudiants français et étrangers ? L’éloignement familial dans ce cas peut peser lourd, que ce soit financièrement ou psychologiquement, quand des réseaux de solidarité peuvent aussi se mettre en place qu’ils soient intra ou extra- communautaires.

Ce colloque s’intéressera donc à la vie militante et quotidienne de ces étudiants et intellectuels étrangers dans leur dimension politique, économique, sociale et culturelle. On ne s’interdira pas non plus de penser l’après mai 68. Qu’est-ce que les évènements ont fait à des trajectoires jusqu’alors linéaires ? Ont-ils bousculé des certitudes, impulsé des retours aux pays prématurés par rapport aux projets antérieurs ? ou au contraire des installations plus définitives ? Certaines figures d’étudiants étrangers ont-elles émergées pour s’installer durablement dans la vie étudiante et/ou militante française ? Ont-ils provoqué des formes d’établissement, en France ou ailleurs ? Qui sont les expulsés ? Qu’est-il advenu d’eux ? La participation des étudiants étrangers au mouvement de 68 a-t-elle creusé des filières de mobilités étudiantes pour les années suivantes ?

Plusieurs types d’approche sont possibles : des approches de groupe d’une part, comme par exemple les étudiants palestiniens et leur rôle dans le « Mai français » ou des études plus biographiques, tout autant que des histoires de vie saisies à un moment donné, ou des productions textuelles ou artistiques conçues par ce type d’acteurs pendant Mai-Juin 68 et qui donnent à voir ou à penser ces évènements. On souhaite ainsi, comme en Mai, faire fi des frontières et penser le monde de l’année 68, en une démarche d’histoire globale.

Une exposition virtuelle, destinée à valoriser le fonds d’archives Mai-Juin 68 du Centre d’histoire sociale des mondes contemporains avait déjà réuni quelques chercheurs sur cette problématique. Elle est bien entendu loin d’épuiser le sujet, et constitue plus une amorce qu’une exposition exhaustive. Nous espérons donc avec ce colloque réunir d’autres contributions, élargir les problématiques, écouter aussi et recueillir des témoignages. Comme dans l’exposition virtuelle, nous incluons les Départements d’Outre-Mer étant donné la vigueur qu’avaient alors les mouvements indépendantistes et l’impact qu’a pu avoir la présence de leurs ressortissants en métropole pour ces mouvements.

Les propositions de communications (5000 signes maximum), accompagnées d’un bref CV sont à faire parvenir à l’adresse suivante : fblum@univ-paris1.fr avant le 30 octobre 2020.

Comité scientifique :
Ludivine Bantigny (GRHis, Université de Rouen) , Françoise Blum (Centre d’histoire sociale des mondes contemporains,CNRS), Gabrielle Chomentowski (Centre d’histoire sociale des mondes contemporains, CNRS), Frank Georgi (Université d’Evry Val d’Essonne), Boris Gobille (ENS Lyon), Burleigh Hendrickson (Pennsylvania State University), Jean-Pierre Le Foll Luciani (Education nationale) , Edenz Maurice (Centre de recherches sur les mondes américains/Centre d’histoire de sciences po), Eugénia Palieraki (Centre de Philosophie Juridique et Politique, CY Cergy Paris Université), Ophélie Rillon (Les Afriques dans le monde, CNRS), Alexis Roy (IMAF, CNRS), Palmira de Sousa (Campus Condorcet) , Guillaume Tronchet (Institut d’histoire moderne et contemporaine, ENS-Paris 1-CNRS).

[EXPO VIRTUELLE] Mai-Juin 1968 : étudiants étrangers en France

A partir de fonds d’archives conservés par le Centre d’histoire sociale des mondes contemporains, une exposition virtuelle autour du rôle des étudiants étrangers en mai-juin 1968 en France a été réalisée sous le commissariat de Françoise Blum (CHS/CNRS), avec le soutien de l’ANR GlobalYouth, de l’infrastructure Huma-Num pour les humanités numériques, et dans le cadre des projets documentaires du Campus Condorcet. Plusieurs des membres de l’équipe GlobalYouth figurent parmi les contributeurs de cette exposition, laquelle constitue une première étape d’un projet plus vaste, dont on dira prochainement quelques mots ici.

Pour découvrir l’exposition

[CONFERENCE] Régions, frontières, migrations – Les mobilités étudiantes en question

Le vendredi 8 novembre 2019, Hugo Bréant (post-doctorant de l’équipe GlobalYouth) interviendra au sein de la session « Frontières et gestion des circulations étudiantes : situations africaines » de la journée d’études sur les mobilités étudiantes organisée par les Groupes « Mobilités » et « Intégrations régionales » du Labex Dynamite, avec la participation du consortium d’appui à l’Université Galatasaray. La journée se déroulera à Paris, au Centre Panthéon et au sein de l’Institut de Géographie.

Lien vers le programme de la journée.

[JOB] GlobalYouth recrute un-e post-doctorant-e en histoire contemporaine

Date limite : 17 juin 2019 (minuit)


Établissement et laboratoire d’accueil :

  • École normale supérieure, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris (www.ens.fr)
  • Institut d’histoire moderne et contemporaine (IHMC), UMR8066 (www.ihmc.ens.fr)

Contexte :

Recruté-e par l’École normale supérieure, et placé-e sous la responsabilité du porteur de projet, le/la post-doctorant-e sera intégré-e à l’Institut d’histoire moderne et contemporaine dans le cadre du projet ANR « A Global Youth in the Making : the 200,000 residents of the Cité internationale universitaire in 20th-Century Paris » (ANR-17-CE28-0005-01).

Ce projet est piloté par Guillaume Tronchet (ENS/IHMC) et financé par l’Agence nationale de la Recherche (ANR). Il vise à appréhender sur le temps long l’internationalisation de l’enseignement supérieur, dont les mobilités étudiantes constituent un indicateur de premier plan, en exploitant les dossiers individuels d’admission des milliers de résidents passés par la Cité internationale universitaire de Paris depuis les années 1920. L’objectif est notamment de constituer une base de données des profils et des trajectoires des étudiants en mobilité internationale, et de poursuivre les travaux autour de l’histoire de la Cité internationale. À court terme, les données récoltées permettront de mesurer dans quelle mesure les étudiants passés par la Cité constituent une « jeunesse globale » et ce qu’une expérience de vie au sein d’un campus international veut dire, autant que de mener une analyse de la stratégie française d’attractivité en matière de relations académiques et scientifiques internationales. À moyen terme, le projet vise à structurer une équipe scientifique sur l’histoire des circulations universitaires internationales, notamment dans la perspective d’un projet européen et pluridisciplinaire autour des mobilités étudiantes.

L’Institut d’histoire moderne et contemporaine (IHMC) est l’une des principales unités de recherche en France dans le champ de l’histoire moderne et contemporaine, placé sous les tutelles du CNRS, de l’ENS et de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. L’IHMC a pour vocation d’étudier dans le temps long les processus historiques qui ont construit depuis le XVe siècle le monde actuel, en particulier sous l’angle des circulations et des échanges et de l’élargissement constant des espaces reliés, en Europe et hors d’Europe. Dans cette perspective, l’IHMC a fait le choix de privilégier les approches d’histoire sociale au sens large, de prendre toujours en compte la dimension cognitive des processus historiques, enfin, d’adopter en priorité un point de vue transnational et interétatique.


Activités :

  • Recherche en archives, numérisation, bibliographie, enquêtes orales
  • Mise en place et alimentation du site Internet et de la base de données GlobalYouth
  • Organisation des activités liées à la valorisation des résultats : séances de séminaires, journées d’études, colloques, expositions, publications, etc.
  • Coordination administrative des activités liées au projet GlobalYouth en lien avec les services de l’ENS
  • Participation aux bilans et comptes-rendus ANR
  • Présence quotidienne exigée

Compétences/Expériences :

  • Diplôme de doctorat en histoire contemporaine ou en sciences politiques
  • Thématiques de recherche : histoire transnationale, histoire des migrations intellectuelles et scientifiques, histoire de l’enseignement supérieur, histoire des relations internationales
  • Expérience impérative de mise en place et d’exploitation de bases de données dans des travaux ultérieurs
  • Anglais courant
  • Autonomie dans le travail et capacité au travail en équipe

Contrat :

  • Type : CDD de 12 mois
  • Quotité : 100%
  • Début souhaité : 1er septembre 2019
  • Rémunération : 2 200 euros nets

Les candidatures sont à adresser au plus tard jusqu’au 17 juin 2019 (minuit) à : guillaume.tronchet@ens.fr et gabrielle.chomentowski@ens.fr

Composition du dossier de candidature :

  • Lettre de motivation (5 000 à 10 000 signes maximum)
  • Curriculum vitae (3 pages maximum)
  • Liste de publications
  • Rapport de soutenance de thèse
  • Noms et mails de deux répondants pouvant être contactés

Les candidat-e-s présélectionné-e-s pourront être convié-e-s à un entretien


 Télécharger l’offre d’emploi au format PDF

[CONFERENCE] Towards a Global Student? Culture, Politics and the Making of International Higher Education in the Cité Internationale Universitaire in 20th Century Paris

Le 19 juillet 2019, 4 membres de l’équipe GlobalYouth – Antonin Durand, Lidia Lesnykh, Antonia Maria Mora Luna et Guillaume Tronchet – interviendront dans un panel intitulé « Towards a Global Student: Culture, Politics and the Making of International Higher Education in the Cité Internationale Universitaire in 20th century Paris » dans le cadre de la 41ème International Standing Conference for the History of Education (ISCHE) qui aura lieu à Porto au Portugal du 16 au 20 juillet 2019 et intitulée cette année « Spaces and Places of Education ». 

Lien vers le programme de la conférence 

[CONFERENCE] New Perspectives: Film Schools as a Part of the (Inter)national Film Culture in Pre-Digital Times

Le 15 juin 2019, dans le cadre de la conférence annuelle du NECS (European Networks for Cinema and Media studies) qui se tiendra à Gdansk en Pologne, Gabrielle Chomentowski interviendra sur le thème de la circulation des étudiants dans les écoles de cinéma pendant la guerre froide dans un panel organisé par des collègues français, allemand et tchèque et intitulé « New Perspectives: film School as a Part of the (Inter)national Film Culture in Pre-Digitat Times ».

Lien vers le site du colloque 

[INVITES] Ludovic Tournès (Université de Genève) et Giles Scott-Smith (Université de Leyden)

Le 12 mars 2019, Ludovic Tournès (Université de Genève) et Giles Scott-Smith (Université de Leyden) seront les invités du programme GlobalYouth et du séminaire « Histoire transnationale, histoire globale : actualités de la recherche » organisé par le département d’histoire de l’Ecole normale supérieure, pour présenter leur dernier livre : Global Exchanges: Scholarships and Transnational Circulations in the Modern World, New York, Berghahn Books, 2017, 365 p.

Sommaire sur le site de l’éditeur

Introduction : A World of Exchanges: Conceptualizing the History of International Scholarship Programs (Nineteenth to Twenty-First Centuries)

Lien vers le site du séminaire 

[MEDIAS] Les mobilités étudiantes internationales Nord/Sud en perspective (Médiapart)

Retrouvez sur la chaîne Youtube de Médiapart le débat organisé le 12 février 2019 autour de la question des mobilités étudiantes internationales Nord/Sud dans le cadre de l’émission Présence du Passé animée par Antoine Perraud, avec Lama Kabbanji (INED), Étienne Gérard (INED) et Guillaume Tronchet (GlobalYouth).

L’émission sur la chaîne Youtube de Médiapart

 

[INVITES] Angelica Muller, professeure d’histoire contemporaine à l’Université fédérale Fluminense (Rio de Janeiro, Brésil)

Du 7 décembre 2018 au 7 mars 2019, Angelica Muller, professeure d’histoire contemporaine à l’Université fédérale Fluminense (Rio de Janeiro, Brésil) sera l’invitée du programme GlobalYouth à l’Ecole normale supérieure. Spécialiste de l’histoire du Brésil contemporain et des mouvements étudiants brésiliens, Angelica Muller travaille notamment sur l’histoire de la Maison du Brésil à la Cité internationale universitaire de Paris des années 1960 aux années 1990.

[SOUTENANCE] Sociologie et micropolitique des sociabilités dans les résidences universitaires internationales

Marion Ink (membre de l’équipe GlobalYouth) soutiendra sa thèse de doctorat « Sociologie et micropolitique des sociabilités. Ethnographies comparées dans trois résidences universitaires internationales (France, Etats-Unis, Canada) » le mercredi 21 novembre 2018, de 9h à 13h, à l’Ecole des hautes études en sciences sociales, devant un jury composé de Michel Grossetti, Dominique Pasquier (rapportrice), Cécile Van de Velde et Yves Winkin (rapporteur).

Lien vers la page institutionnelle

 

[CONFERENCE] Localizing Global Dynamics of the Student Protest: International Students, Circulations and Cultural Connections at the Cité internationale universitaire de Paris in 1968

Le 3 octobre 2018, trois membres de l’équipe GlobalYouth (Françoise Blum, Antonia María Mora Luna, Guillaume Tronchet) seront présents à l’Université de Valencia (Espagne) à l’occasion du colloque Globalizing the student rebellion in the long ’68 – Conference in History of Education, pour évoquer les protestations à la Cité internationale universitaire de Paris en 1968 dans le cadre du panel organisé par GlobalYouth « Localizing Global Dynamics of the Student Protest: International Students, Circulations and Cultural Connections at the Cité internationale universitaire de Paris in 1968 ».

Lien vers le site du colloque