[PARUTION] Le Campus-monde. La Cité internationale universitaire de Paris, de 1945 aux années 2000

Vient de paraître : Dzovinar Kévonian et Guillaume Tronchet (dir.), Le Campus-monde. La Cité internationale universitaire de Paris, de 1945 aux années 2000, Presses universitaires de Rennes, 2022, 336 p. (préface de Christophe Charle)

Quatrième de couverture :

Fondée dans les années 1920 à la confluence de l’impérialisme culturel français et de l’internationalisme pacifiste, la Cité internationale universitaire de Paris connaît une nouvelle phase de son développement dans la seconde moitié du XXe siècle, marquée par la décolonisation, la guerre froide et la politisation de la génération du baby-boom. De la reconstruction d’après-guerre aux mobilisations des années 1968, des relations complexes de la France avec ses anciennes colonies à celles qu’elle entretient avec les dictatures militaires d’Europe septentrionale et d’Amérique du Sud, cet ouvrage collectif retrace le demi-siècle d’un « campus monde » unique en son genre et offre une synthèse inédite d’histoire sociale et transnationale sur une institution représentant pour les sciences sociales un fascinant observatoire de la mondialisation.

SOMMAIRE DE L’OUVRAGE

  • Préface de Christophe CharleLes échos du monde
  • Dzovinar Kévonian et Guillaume Tronchet, Introduction. Pour une histoire multi-située de la Cité internationale universitaire de Paris
  • Loïc VadelorgeEmprises sur la ville. Les relations entre la Cité universitaire, Paris et Gentilly (1945-1985)
  • Pascal BousseyrouxUn intellectuel catholique à la tête de la Cité universitaire. Robert Garric (1958-1967)
  • Guillaume Tronchet« La Cité en ébullition ». Jeunesse étudiante et action collective à la Cité internationale universitaire de Paris, de 1945 aux années 1968 : contestations, mobilisations et circulations
  • Guillaume Denglos et Pierre VermerenLe Maghreb à la Cité internationale universitaire de Paris. Une histoire politique et sociale (1925-2011)
  • Françoise BlumDe la Maison de la France d’Outre-mer à la Résidence Lucien Paye ou comment un empire se défait. De l’Union française à la coopération
  • Sara LegrandjacquesL’Asie à la Cité internationale universitaire de Paris depuis 1950. Entre identités plurielles et cosmopolitisme culturel
  • Angélica MullerLa Maison du Brésil pendant les « années 1968 ». Entre internationalisme des réseaux universitaires et nationalisme des militaires
  • Nino LimaLa Maison de l’Argentine, entre péronisme, dictature militaire et démocratie (1945-1988)
  • Matthieu GillabertUne francophonie implicite ? Pour une sociohistoire de la langue à la Cité internationale universitaire de Paris
  • Roberto GiaconeLe directeur Ruggiero Romano, la Maison de l’Italie et la Cité universitaire de Paris. Micro-histoire d’une nomination (1953-1957)
  • Lidia LesnykhLa réorganisation du sport dans la Cité universitaire d’après-guerre. Entre autonomie associative et enjeux institutionnels
  • Nathalie LempereurLe Théâtre de la Cité internationale universitaire. Du théâtre étudiant à la scène dédiée à la création contemporaine
  • Didier Fischer et Robi MorderLa santé des étudiants à la Cité internationale universitaire de Paris. Entre ardente nécessité et obsolescence de circonstance
  • Dzovinar Kévonian et Guillaume Tronchet, Conclusion. Les « mondes mêlés » de la Cité

Lien vers l’ouvrage en open access

[PARUTION] “Les voyages forment la jeunesse. Les boursières scientifiques David-Weill à la découverte du monde (1910-1939)”

Vient de paraître : Antonin Durand (éd.), Les voyages forment la jeunesse : les boursières scientifiques David-Weill à la découverte du monde (1910-1939), Presses universitaires de Strasbourg, 2020, 430p.

Quatrième de couverture :

En 1909, le banquier David Weill lançait la première Bourse de voyage permettant aux étudiants français, sans distinction de sexe, d’étudier un an à l’étranger. Cette porte ouverte sur l’Europe et sur le monde permit à une génération d’étudiantes – encore très minoritaires dans l’Université française – de découvrir le fonctionnement académique et la vie étudiante à l’étranger.

Ce volume regroupe neuf rapports de séjour rédigés par ces pionnières, nous offrant le témoignage de nouveaux savoirs, de pratiques de recherche et d’enseignement, mais aussi, plus généralement, de leurs impressions sur le monde de la première moitié du XXe siècle et sur la place nouvelle que les femmes y occupent.

À travers la mosaïque de pays et de disciplines qu’ils recouvrent – mathématiques, physique, chimie, biologie, géologie, économie –, ces documents offrent un nouveau regard sur les pratiques scientifiques dans le monde de l’entre-deux-guerres et sur la condition féminine au sein des élites savantes.

Lien vers le site de l’éditeur

[PARUTION] “André Honnorat, un visionnaire en politique”

Vient de paraître : Guillaume Tronchet, André Honnorat, un visionnaire en politique, Paris, Maisonneuve & Larose/Hémisphères éditions, 2020, 448 p. (préface de Patrick Weil)

Quatrième de couverture :

André Honnorat est une passionnante figure parlementaire du premier XXe siècle, dont les combats en faveur de la santé publique, des étrangers, des réfugiés, de la démocratisation culturelle, sont d’une étonnante actualité. Self-made man, journaliste dreyfusard, haut-fonctionnaire en charge de la séparation des Églises et de l’État, député puis sénateur pendant trente ans, il est le seul ministre de l’Éducation nationale à n’avoir pas passé le baccalauréat. Novateur, fin politique, passionné par l’action publique, ce travailleur acharné est surtout un réformateur et un bâtisseur tous azimuts : pionnier des politiques familiales, à l’origine de la législation antituberculeuse et de la création des sanatoriums, promoteur de la médecine préventive pour les étudiants, on lui doit également l’instauration de l’heure d’été en France et la création de bibliothèques, de musées et d’instituts universitaires.

Engagé pour l’ouverture de la France aux étrangers, il est l’un des grands réformateurs de la nationalité française et s’active pour faciliter la circulation des intellectuels en Europe et à l’international, en étant notamment l’initiateur de l’accueil d’étudiants réfugiés en France pendant la Première Guerre mondiale et le président-fondateur de la Cité internationale universitaire de Paris, avec le soutien de grands mécènes internationaux (David-Weill, Guggenheim, Rockefeller, Rothschild, etc.) au profit d’une jeunesse mondiale alors en formation (Blixen, Bourguiba, Césaire, Pompidou, Sartre, Senghor, etc.). Figure majeure de l’accueil des réfugiés juifs dans les années 1930, il s’abstient de voter les pleins pouvoirs au maréchal Pétain en 1940, s’oppose au régime de Vichy et retrouve le Parlement à la Libération. Globe-trotter infatigable, il aura sillonné le monde jusqu’à plus de soixante-dix ans, comme peu de parlementaires de sa génération.

Plongeant au cœur des réseaux d’influence et de pouvoir à l’origine de la fabrique de l’État social et républicain, dans les arcanes d’une société parlementaire aujourd’hui oubliée, l’auteur nous livre ici la biographie inédite et nécessaire de l’une des personnalités politiques les plus marquantes de la IIIe République.

Lien vers le site de l’éditeur

[INVITES] Ludovic Tournès (Université de Genève) et Giles Scott-Smith (Université de Leyden)

Le 12 mars 2019, Ludovic Tournès (Université de Genève) et Giles Scott-Smith (Université de Leyden) seront les invités du programme GlobalYouth et du séminaire “Histoire transnationale, histoire globale : actualités de la recherche” organisé par le département d’histoire de l’Ecole normale supérieure, pour présenter leur dernier livre : Global Exchanges: Scholarships and Transnational Circulations in the Modern World, New York, Berghahn Books, 2017, 365 p.

Sommaire sur le site de l’éditeur

Introduction : A World of Exchanges: Conceptualizing the History of International Scholarship Programs (Nineteenth to Twenty-First Centuries)

Lien vers le site du séminaire