Les membres de l’Équipe

​Françoise Blum, ingénieure de recherche hors classe au Centre d’histoire sociale du XXe siècle (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/CNRS), et chercheuse associée à l’Institut des mondes africains. En 2016, elle a soutenu à l’Ecole des hautes études en sciences sociales une habilitation à diriger des recherche portant sur le devenir des militant-e-s de la Fédération des étudiants d’Afrique noire en France. Parmi ses publications récentes : Étudiants africains en mouvements. Contribution à une histoire des années 1968, en codirection avec Pierre Guidi et Ophélie Rillon (Publications de la Sorbonne, 2017).

Gabrielle Chomentowski est post-doctorante à l’Ecole normale Supérieure dans le cadre de l’ANR GlobalYouth. Docteure en science politique de l’IEP de Paris, ses recherches portent sur l’histoire culturelle du XXe siècle à travers le prisme de l’objet cinématographique. Ses premières recherches se sont concentrées sur la représentation de l’altérité dans les films et parmi les professionnels du cinéma soviétique des années 1920 et 1930 en témoigne l’ouvrage issu de sa thèse Filmer l’Orient : politique des nationalités et cinéma de 1918 à 1938 (Petra, 2016). À présent, elle travaille sur les circulations cinématographiques entre l’Union soviétique et plusieurs pays d’Afrique et du Moyen-Orient dans le second XXe siècle et en particulier sur les circulations d’étudiants dans les écoles de cinéma.

Antonin Durand, agrégé et docteur en histoire, chercheur affilié à l’Institut d’histoire moderne et contemporaine (ENS-PSL, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, CNRS). Ses travaux portent sur l’histoire des sciences et des circulations scientifiques au XIXe et au début du XXe siècle. Membre de l’équipe ANR AsileuropeXIX sur l’histoire européenne de l’asile et de l’exil au XIXe siècle, il dirige par ailleurs un atelier de recherche à l’Ecole normale supérieure sur les boursiers de voyage de l’Université de Paris au début du XXe siècle. Parmi ses publications récentes : La Quadrature du cercle. Les mathématiciens italiens et la vie parlementaire (1848-1913) (Éditions rue d’Ulm, 2018), ouvrage tiré de sa thèse de doctorat soutenue en 2015 à l’Ecole pratique des hautes études.

Cécile Fabris,  archiviste paléographe, responsable des fonds Éducation/Recherche et Jeunesse et Sports aux Archives nationales de France depuis 2019. Ses recherches portent sur les universités médiévales, plus particulièrement les circulations étudiantes vers l’Université de Paris et l’Université de Bologne, avec une approche prosopographique. Sa thèse d’École des chartes a fait l’objet d’une publication : Étudier et vivre à Paris au Moyen Âge. Le collège de Laon (XIVe-XVe siècles) (École des chartes, 2005).

Marion Ink, doctorante en sociologie à l’École des hautes études en sciences sociales. Sa thèse s’intitule : “Sociologie et micropolitique des sociabilités. Ethnographies comparées dans trois résidences universitaires internationales – France, États-Unis et Canada“. Au vu des résultats de sa recherche, son implication dans le projet consistera à travailler sur la façon dont les expériences de sociabilités des anciens résidents a produit des transformations dans le programme et les ingénieries institutionnelles actuelles des Maisons Internationales dans le monde [International Houses World Wide]. En parallèle, il s’agira d’étudier la façon dont l’idéologie internationaliste est porteuse ou non de sens dans les normativités coproduites par les résidents actuels.

Dzovinar Kévonian, maître de conférences en histoire à l’Université Paris Nanterre (Institut des sciences sociales du politique/ UMR7220), spécialisée dans l’histoire des réfugiés et des apatrides au XXe siècle, l’histoire des organisations internationales et non gouvernementales, et l’histoire des juristes internationalistes et des droits de l’homme. Elle est notamment membre du Conseil scientifique de La Contemporaine et du Comité d’histoire de l’Office français pour la protection des réfugiés et des apatrides. Publications récentes : Réfugiés et apatrides. Administrer l’asile en France (1920-1960), en codirection avec Aline Angoustures et Claire Mouradian, Presses universitaires de Rennes, 2017 ; La Babel étudiante. La Cité internationale universitaire de Paris, en codirection avec Guillaume Tronchet, Presses universitaires de Rennes, 2013.

Sara Legrandjacques, ATER à Sciences Po Paris, agrégée et doctorante en histoire à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Centre d’histoire de l’Asie contemporaine) et rattachée à l’UMR Sirice. Sa thèse porte sur “Les mobilités étudiantes en Asie (années 1850-1940). Étude croisée de l’Inde britannique et de l’Indochine française”, sous la direction de Pierre Singaravélou. Elle a été boursière de la Maison française d’Oxford et lauréate de l’Alliance Program (Columbia University/Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) en 2018. Elle travaille notamment sur la présence asiatique au sein de la Cité internationale universitaire de Paris.

Lidia Lesnykh est doctorante à la Faculté des Sciences sociales et politiques (Institut des Sciences du sport) de l’Université de Lausanne. Sa thèse porte sur l’internationalisme sportif universitaire depuis 1919. Elle étudie les aspects institutionnels, l’influence des courants politiques et le discours pacifiste au sein du mouvement international sportif des étudiants. Lidia est une ancienne résidente de la Cité internationale. La participation au projet est donc liée non seulement à son intérêt scientifique pour le sport en milieu estudiantin, mais aussi à son attachement personnel à la CIUP. ​

Nathalie Lempereur est docteure en histoire de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Spécialiste de l’histoire culturelle du théâtre, elle a soutenu en 2015 une thèse sous la direction de Pascal Ory intitulée : “Arthur Adamov, entre modernité et engagement. Lieux, acteurs et réception d’un théâtre en politique” (mention très honorable avec les félicitations du jury). Sa thèse, remaniée, est en cours de publication aux éditions de la Sorbonne. Elle a notamment écrit dans la revue Europe (dans le numéro de janvier-février 2018) et collaboré à la revue Théâtre(s) politique(s) pour un numéro consacré aux représentations de la Commune de Paris. Dans le cadre de l’ANR GlobalYouth, elle travaille notamment sur l’histoire du théâtre et des circulations culturelles à la Cité internationale universitaire de Paris. Elle s’intéresse par ailleurs à l’écriture radiophonique et intervient régulièrement comme conférencière à la Comédie-Française.

Antonia Maria Mora Luna, Post-doctorante à l’Instituto de Educaçao de l’Université de Lisbonne (Portugal), ancienne boursière postdoctorale Fernand Braudel à la FMSH, à l’Université Paris IV Sorbonne et à l’Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle. Ses recherches portent sur l’histoire de l’éducation et des études littéraires hispanophones. Elle travaille actuellement sur l’histoire du Collège d’Espagne de la Cité internationale universitaire de Paris.

Edenz Maurice, agrégé, docteur en histoire, chercheur affilié au Centre d’Histoire de Sciences Po et associé au Centre de Recherches sur les Mondes Américains (EHESS). Ses travaux portent sur l’histoire et la sociopolitique de l’État et de l’éducation dans le contexte colonial et post-colonial des Outre-mers français. Il a participé à l’ANR AUTOTOCHM coordonné par Benoît Trépied (CNRS-IRIS) qui s’est attaché à analyser la situation post-coloniale des Kanak de Nouvelle-Calédonie, des Amérindiens de Guyane française et des Mā’ohi de Polynésie face à deux institutions de la République (école et justice). Aux côtés de Benoît Falaize (IGEN), Corinne Glaymann (IEN) et Sébastien Ledoux (Paris1-Sciences Po), il coordonne le séminaire « L’enseignement scolaire de l’histoire » au CHSP.

Angelica Muller, Professeur adjoint à l’Institut d’histoire de l’Universidade Federal Fluminense (Rio de Janeiro, Brésil). Ses recherches ont principalement porté sur les résistances des mouvements étudiants brésiliens à la dictature militaire dans les années 1970, et sur la justice de transition (Commission nationale de la vérité). Elle travaille notamment sur la Maison du Brésil à la Cité internationale universitaire de Paris.

Fabien Oppermann, archiviste paléographe, ancien Chef de la Mission des des archives et du patrimoine culturel de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, actuellement Inspecteur général de l’administration de l’éducation nationale et de la recherche. Il est aussi Directeur du Collège néerlandais de la Cité internationale universitaire de Paris.

Edith Pirio, en poste aux Archives nationales depuis novembre 2002, travaille depuis cette date sur les fonds relatifs à l’Éducation, et plus particulièrement sur les séries de dossiers individuels des personnels du ministère et du rectorat de Paris. À ce titre, elle est responsable de la base nominative interne des Archives nationales qu’elle a présentée lors de plusieurs journées d’études. Édith Pirio a également collaboré à différents projets prosoprographiques. Depuis juillet 2012, elle est également responsable des fonds des universités parisiennes versés aux Archives nationales.

Guillaume Tronchet, directeur du programme ANR GlobalYouth, agrégé et docteur en histoire de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, actuellement Conseiller auprès du directeur de l’Ecole normale supérieure et chercheur affilié à l’Institut d’histoire moderne et contemporaine (ENS-PSL, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, CNRS). Lauréat de l’ANR Jeunes Chercheurs 2017, ses travaux portent sur l’histoire des circulations universitaires internationales (XIXe-XXIe s.). En 2014, il a soutenu une thèse de doctorat intitulée : “Savoirs en diplomatie. Une histoire sociale et transnationale de la politique internationale universitaire de la France (années 1880-années 1930)” et codirigé avec Dzovinar Kévonian la publication de La Babel étudiante. La Cité internationale universitaire de Paris (Presses universitaires de Rennes, 2013). Il est membre du comité de la revue Journal of International Mobility.

Blaise Wilfert-Portal, maître de conférences en histoire à l’Ecole normale supérieure (Institut d’histoire moderne et contemporaine). Ses travaux portent sur l’internationalité culturelle (circulations et nationalisations culturelles étroitement articulées) en Europe entre 1850 et 1930. Il prépare actuellement une habilitation à diriger des recherches sur la traduction littéraire dans ses dimensions économiques, sociales, culturelles et politiques en Europe autour de 1900. Il a notamment coproduit, dans le cadre de l’ANR-DFG Transnat, la base de données Intraduction. Traduire en français, 18e-19e siècles, abritée par HumaNum (avec Claire Guérin, Isabelle Havelange, Sabine Juratic et Agnès Tricoche). Publications récentes : L’Europe. Une encyclopédie historique (Actes Sud, 2018), en codirection avec Christophe Charle, Daniel Roche, Paul Boulland, Christophe Duhamelle,  Bruno Dumézil, Antoine Liliti, Brigitte Marin et Stéphane Vandamme.